Annonce

Histoire

Un art issu de tout un peuple.

Durant toute son histoire le Vietnam connu des invasions des grandes puissances d’Asie (Chine, Mongolie...). Au XXème siècle les envahisseurs vinrent de plus loin (Colonisation Française, ‘Guerre du Vietnam’ avec les Etats-Unis). Le peuple Vietnamien dût donc apprendre à se défendre pour rester en vie. Les techniques de combat étaient trés différentes d’un point à un autre du Vietnam. Dans certains villages, on utilisaient principalement les pieds (région Tay Son) dans d’autres on privilégiait la lutte (région de Bin Dinh) ou alors on se servait plus des mains (le travail dans les rizières interdisait toutes techniques spectaculaires).

Aux techniques de combat du peuple il fallait ajouter les techniques de guerre des soldats (utilisation massive d’armes blanches telles l’épée, le sabre, la lance, la hallebarde ou encore l’arbalète et l’arc).

Les derniers grands maîtres étaient imprégnés des diverses religions qui régissent les faits et gestes des Vietnamiens : Le Boudisme, le Taoïsme et même le Christianisme. Bien que leur vie ne soit plus autant en danger, ils perpétuèrent la tradition du Võ (art de combat) en comités restreints (souvent des cercles de familles et d’amis). Ce n’est qu’au XXè siècle que les grands maîtres commencèrent à étendre leur savoir. Ils rendirent l’art martial vietnamien (au sens large du terme) accessible à tous. Le Võ Thuat (techniques de l’art de la guerre) enseigné dans les premières heures devint le Võ Đạo (la voie de l’art martial).

Quelle différence entre le Võ Thuat et le Võ Đạo?

Les Grands Maîtres comme N’guyen Loc (Vovinam VVD), Hô Hoa Huê (Tinh Võ Đạo), Quach Kê (Lâm son Võ Đạo), Phan Hoang (membre fondateur de la Fédération Française de Việt Vô Đạo) etc. insistèrent sur le côté mental de la pratique. La recherche de santé était devenue une part importante de la transmission.

Le VIỆT VÕ ĐẠO est une école de vie et non de mort.